Comment savoir si le statut d’auto-entrepreneur est fait pour vous ?

Si vous envisagiez de vous lancer dans l’entrepreneurial, sachez qu’il est primordial que vous définissiez le statut qui vous serait le plus convenable. En la matière, il y en a nombreux, si on ne cite que celui des entreprises individuelles, des sociétés anonymes et autres. Mais pour un meilleur commencement, pourquoi ne pas opter pour le statut d’auto-entrepreneur ? C’est celui dont les démarches sont les plus facilitées et qui est le mieux accessible. Par contre, avant d’y plonger, assurez-vous quand même que c’est fait pour vous. Comment ? En analysant les conditions y relatives.

Les conditions liées à l’auto-entrepreneur

L’auto-entreprise fait partie des dérivées de l’entreprise individuelle. Par conséquent, toute personne physique, qu’elle soit chômeur, étudiant, salarié ou retraité, peut y accéder. Aucune personne morale, ni même une association, ne peut prétendre à ce statut ; tel que constaté sur statutentreprise.com. Mais encore, un individu faisant déjà partie d’une EURL et affilié à la Sécurité Sociale des Indépendants ou SSI, ne pourra pas non plus bénéficier de la qualité d’auto-entrepreneur. Et s’agissant de l’âge, aucune restriction n’est prévue ; sauf que pour un mineur désirant créer son entreprise, celui-ci doit faire l’objet d’une émancipation.

Les conditions liées à l’activité de l’entreprise

A première vue, il existe une multitude d’activités pouvant être exercée en tant que micro-entrepreneur. Que ce soit dans le secteur commercial, artisanal ou encore libéral, il y a de nombreux auto-entrepreneurs très actifs et qui ne se laissent pas piétiner par les SAS et SARL. D’ailleurs, aucun diplôme ni degré d’étude précis n’est exigé en la matière ; ce qui laisse une assez grande liberté aux avides d’indépendance. Cependant, certaines activités nécessitent quand même des déclarations formelles et des justificatifs de formations, dont la plomberie et l’électronique. Sans oublier que des filières strictes, telles qu’être huissier de justice ou médecin, sont interdites aux micro-entrepreneurs.

Les conditions liées aux finances

La finance est le domaine qui offre le plus d’avantages en auto-entrepreneuriat. Ce statut n’exige pas, en effet, un apport précis de capital. Que vous ne possédiez pas une grande somme de démarrage ou que vous aimeriez juste essayer une nouvelle idée, ceci vous ira à merveille. Bien sûr, si au fil des mois, vous constatiez que l’idée est sur la bonne voie ; il vous sera également très facile de vous basculer en mode SCI ou autres sociétés. Et dans le cas où, c’est un revenu complémentaire qu’il vous faut, devenir auto-entrepreneur est aussi l’initiative idéale. Vous avez la possibilité de le cumuler avec votre profession principale, tout en profitant des allègements fiscaux et sociaux.

Comment bien gérer son auto-entreprise ?
Auto-entreprise : la marche à suivre pour faire évoluer son statut