Liquidation d’entreprise, comment limiter les pertes ?

Tout entrepreneur décidant de bâtir son entreprise a la même motivation ; qui n’est autre que réussir et s’épanouir. Mais ce n’est pas toujours le cas. Si effectivement, d’autres parviennent à leurs fins et tracent même leur chemin au niveau international ; certains ont succombé quelques temps après leur création. Ces derniers subissent souvent les procédures judiciaires en termes de liquidation. Et même durant cette dure phase, l’aventure se complique et les pertes se multiplient. Alors, on se demande s’il existe quelques moyens pour limiter cela ?

Continuer à suivre sa comptabilité

Il est vrai que voir son entreprise dissoute et liquidée n’est pas chose facile, et qu’on est obligé de procéder à diverses formalités à ce propos. Mais il ne faut jamais négliger la comptabilité. Et même si l’entreprise est déclarée en cessation d’activité, c’est toujours valable car les charges sociaux et fiscaux doivent toujours être payées pour ne pas avoir de pénalités et de majorations. De même, jeter un œil de temps en temps à sa comptabilité est utile, afin de s’assurer qu’aucun acte déloyal ne soit effectué. Ce qui pourrait amincir les actifs et augmenter les pertes.

Respecter les règles relatives à la procédure

Lors d’une procédure de liquidation, il est possible que le gérant ou les associées de l’entreprise fassent l’objet de quelques convocations, au niveau du Tribunal ou autres organismes. Et souvent, il y en a ceux qui ignorent ces phases, soit disant qu’ils sont déjà en faillite et qu’ils n’auront plus rien à perdre. Pourtant, il est à noter que le non-respect de la procédure est pénalisé et ne fera qu’alourdir les charges qui pèsent sur l’entreprise. Par conséquent,  les actifs qui vont déjà servir à payer tous les créanciers et les autres charges obligatoires, vont encore assurer le paiement des pénalités.

Savoir arrêter et laisser les actifs intacts

Quand une entreprise est en difficulté, le gérant peut sentir à l’avance qu’elle ne pourra pas s’en sortir. De ce fait, il est préférable de savoir se retirer et de se proclamer en cessation d’activité au bon moment. De cette façon, le coût de la procédure de liquidation sera plus ou moins allégé ; mais les pertes seront également limitées. Car parfois, plus on persiste à se redresser, plus on s’enfonce. Mais encore, à partir de là, il vaut mieux ne plus recourir aux actifs pour que ceux-ci puissent combler tous les passifs lors de la liquidation.  Ainsi, le gérant n’aura pas à se préoccuper des dettes qui ne sont pas payées en raison de l’insuffisance de l’actif.

Dissolution, liquidation d’une association : quelle est la différence ?
Fermer son entreprise, transformer l’échec en force